Le

Santé humaine, animale et environnementale : jamais l’une sans l’autre

Image d'illustration

Crédit : Daniel Coutelier / Terra

Mieux comprendre les risques auxquels chacun s’expose, afin de mieux se protéger et protéger son environnement : c’est l’ambition du quatrième plan national santé environnement (PNSE 4), « Un environnement, une santé ». Il se fonde sur la démarche « Une seule santé ».

L’environnement est un déterminant majeur de notre santé. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les facteurs environnementaux sont responsables de 23 % des décès et 25 % des pathologies chroniques dans le monde. Sur cinq nouvelles maladies humaines qui apparaissent chaque année, trois sont d’origine animale, impliquant pour une large partie la faune sauvage. 

3 nouvelles maladies sur 5

sont d’origine animale

23 % des décès

sont liés à des facteurs environnementaux et comportementaux

La crise sanitaire de la Covid-19 est venue rappeler avec force ces liens étroits entre notre santé, la santé animale et la santé des écosystèmes.

« Un environnement, une santé » : le 4e plan national santé environnement est lancé

Pour répondre à ces enjeux et aux attentes citoyennes croissantes sur la santé environnement, le PNSE 4 se fonde sur la démarche « Une seule santé » (« One Health »). Cette approche multidisciplinaire intègre les liens étroits entre santé humaine, animale et environnementale. Le plan comprend des actions concrètes en matière de santé environnement au niveau national, notamment sur la qualité de l’air extérieur, l’usage des produits phytosanitaires, les perturbateurs endocriniens, la préservation de la biodiversité, etc.

En quoi la biodiversité est-elle importante pour notre santé ?

Qualité de l’eau, des sols et de l’air, réduction des risques de catastrophes naturelles, alimentation ou encore médecine : par les services essentiels qu’elle nous apporte, la biodiversité constitue souvent une protection pour la santé humaine. 

Mais lorsque ses équilibres sont fragilisés, la biodiversité peut aussi être source de perturbations. La perte de biodiversité peut ainsi avoir des conséquences néfastes et directes sur la santé. Par exemple, les espèces animales sauvages peuvent être des réservoirs et des vecteurs de maladies émergentes. La destruction des écosystèmes multiplie les contacts entre espèces, et avec les êtres humains, augmentant ainsi le risque de transmission et l’émergence de nouvelles maladies. 

Pour en savoir plus, découvrez l'article de Naturefrance : Quel lien entre santé et biodiversité ?