Le

Protéger les forêts pour mieux lutter contre le dérèglement climatique

Forêt d'Arc-en-Barrois, Parc national de forêts

Crédit : Clément Huvig

Indispensables à la biodiversité, mais aussi pour atténuer les impacts du changement climatique, les forêts sont néanmoins menacées dans le monde. La France est particulièrement engagée en faveur de la préservation des forêts et porte ce sujet à l’international et au sein de l’Union européenne. En 2015, elle a signé le partenariat des déclarations d’Amsterdam (ADP), qui vise à enrayer la déforestation induite par l’agriculture, dont elle assure la présidence jusqu’en fin d’année 2021. Elle a également adopté une stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), qui vise à mettre fin à la déforestation causée par les importations françaises de produits forestiers ou agricoles non durables d’ici 2030.

Protéger les forêts et renforcer leur résilience face au changement climatique

Les défis environnementaux liés au changement climatique et à la perte de biodiversité sont étroitement liés, comme le souligne un récent rapport de l’ONU. Les forêts, en tant que lieu de vie et moyen de subsistance de très nombreuses espèces animales, végétales et communautés humaines, jouent un rôle prépondérant pour la biodiversité et dans la lutte contre le changement climatique. 

Les États agissent pour lutter contre la déforestation, principale cause de leur état critique, mais également pour préserver leur biodiversité, véritable alliée pour lutter contre le changement climatique et renforcer la résilience des forêts. 

129 millions

d’hectares de superficie forestière mondiale

perdus entre 1990 et 2015

80 %

de la biodiversité terrestre

sont concentrés dans les forêts

Une alliance pour protéger les forêts tropicales

Appelée conjointement par la France et le Chili lors du G7 de 2019, l’initiative d’une action multilatérale, efficace et concertée pour la protection des forêts tropicales s’est formalisée en Alliance pour la préservation des forêts tropicales et humides lors de l’Assemblée générale des Nations unies de 2020. Cette alliance comprend désormais 25 États mais aussi des entreprises, des associations, des scientifiques et des communautés locales, mobilisés autour de la protection de ces espaces remarquables.  

Le partenariat des déclarations d’Amsterdam, pour lutter contre la déforestation induite par l’agriculture

En 2015, la France a signé, avec le Royaume-Uni, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas et le Danemark, le partenariat des déclarations d’Amsterdam (ADP), qui vise à enrayer la déforestation induite par l’agriculture. En janvier 2021, cet engagement a été renouvelé pour la période 2020-2025 dans un partenariat élargi à l’Espagne et à la Belgique. Présidente de ce partenariat du 1er juillet au 31 décembre 2021, la France souhaite faire converger ses objectifs avec le projet de législation contre la déforestation que la Commission européenne présentera en décembre.

Pour protéger les forêts primaires et subnaturelles 

Au Congrès mondial de la nature de l’UICN, la France soutient une motion sur la protection des forêts anciennes et matures, dites subnaturelles, et soutient l’objectif porté par la nouvelle stratégie forestière de l’Union européenne, présentée au mois de juillet par la Commission européenne, de protéger les dernières forêts primaires et subnaturelles d’Europe. Ces forêts anciennes, qui ne représentent qu’entre 1 et 3 % de l’espace forestier européen, jouent un rôle essentiel dans la conservation de la biodiversité. 

Les forêts et le climat : sujet clé abordé au Congrès mondial de la nature de l’UICN

  • Mercredi 8 septembre, au Pavillon France - Forêts : comment renforcer leur résilience ?
  • Mercredi 8 septembre, au Pavillon France - L’Alliance pour la préservation des forêts tropicales et humides

Retrouvez l’ensemble du programme du Pavillon France, des Espaces Générations Nature, et le programme officiel du congrès

Suivez en direct les échanges du Pavillon France, sur la chaîne Youtube du ministère, ou sur le site Biodiversité.gouv.fr.

La France agit pour les forêts et le climat

Les forêts françaises, qu’elles soient de métropole, d’outre-mer, de plaine, de montagne ou méditerranéennes, de feuillus ou mélangées constituent un patrimoine inestimable. Le maintien de forêts en bonne santé est d'autant plus essentiel que les forêts produisent de nombreux biens et nous rendent des services essentiels, comme la séquestration du carbone. Elles sont aussi une source essentielle de bien-être pour les 30 millions de Français qui s’y rendent chaque année.

La préservation de nos forêts et de leur biodiversité face aux défis du changement climatique nécessite l’implication de tous, propriétaires, gestionnaires, associations, élus, services de l’État, pour garantir la pérennité et la diversité de nos forêts pour les générations futures. Je me réjouis de la tenue prochaine des Assises de la forêt et du bois, qui débuteront à l’automne. Je souhaite qu’elles mobilisent et intéressent de nombreux Français, car personne n’est indifférent à une forêt.

Bérangère Abba, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité

L’engagement français en faveur des espaces forestiers se décline au travers plusieurs actions.  

Une stratégie nationale pour les aires protégées

Présentée en janvier 2021, elle fixe l’objectif de placer sous protection forte 10 % des forêts domaniales de métropole et plus de 180 000 hectares de forêt en Guyane. 

La création, en mai 2021, de la réserve naturelle nationale des forêts de Mayotte qui couvre 2801 hectares de forêt et 7,5 % du territoire terrestre de ce département insulaire, s’inscrit dans cette stratégie.

Le saviez-vous ? 

Connaître, protéger et valoriser, c’est également le fondement de la création du Parc national de forêts en novembre 2019, qui permet à la France de disposer désormais de onze parcs nationaux, territoires exceptionnels qui témoignent de la richesse et de la diversité du patrimoine naturel de la France.

Découvrez-le en images, avec un épisode de la série documentaire Natures humaines : Embarquons pour la forêt de feuillus.

La lutte contre la déforestation importée

En 2018, la France a adopté une stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), pour mettre fin d’ici 2030 à la déforestation causée par les importations françaises de produits forestiers ou agricoles non durables, notamment dans les filières cacao, hévéa, soja, huile de palme, bois ou encore produits bovins.

En outre, ces enjeux de protection des espaces forestiers et de lutte contre le changement climatique se retrouvent de manière transversale dans de nombreuses politiques publiques, comme le plan national d’adaptation au changement climatique, ou encore le plan France relance qui vise à relancer l’activité économique en favorisant la transition écologique. Il intègre le soutien aux propriétaires forestiers, publics ou privés, qui investissent pour adapter et accompagner le renouvellement des forêts. Dotée d’une enveloppe de 150 millions d’euros, cette mesure vise à permettre l’adaptation des forêts au changement climatique dans l’objectif d’en limiter les effets. 

La nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité, élaborée tout au long de l’année 2021, aura aussi pour priorité la protection et la restauration des écosystèmes, notamment les zones à fort enjeu comme les zones humides et les espaces forestiers.