Le

Protéger les écosystèmes terrestres et marins, et les espèces

A l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN, la Baie d’Audierne devient le 51e site français labellisé Ramsar.

A l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN, la Baie d’Audierne devient le 51e site français labellisé Ramsar.

Crédit : Amélie Laurin

A l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN, la Baie d’Audierne devient le 51e site français labellisé "zone humide d'importance internationale" au titre de la Convention de Ramsar. Remise de diplôme en présence de Bérangère Abba, secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, sur le Pavillon France.

Pour limiter l’érosion de la biodiversité terrestre comme marine, il est indispensable de protéger les écosystèmes par la mise en place de dispositifs de protection des espaces naturels. La Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples, copilotée par la France, porte au Congrès mondial de la nature de l’UICN l’objectif ambitieux de 30 x 30 : protéger 30 % des terres et 30 % des mers d'ici 2030. Un engagement qui s’inscrit dans un ensemble de politiques publiques volontaires : la Stratégie nationale pour les aires protégées, la protection des zones humides ou encore les différents plans nationaux d’action en faveur des espèces menacées.

Protéger les écosystèmes : un enjeu mondial

Au cours du siècle dernier, plus de 64 % des zones humides de la planète ont disparu. À l’occasion du Congrès mondial de la nature, l’UICN a mis à jour sa liste rouge des espèces menacées : près de 30 % des espèces étudiées dans la liste sont menacées.

Pourtant, lorsqu’ils sont en bonne santé, les milieux naturels et les espèces nous rendent des services inestimables, en remplissant nos assiettes, en atténuant les risques naturels ou encore en contribuant à lutter contre le changement climatique. Pour protéger les écosystèmes, des initiatives sont mises en œuvre par les États. 

30x30 : une initiative ambitieuse, soutenue par la France

La Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples, lancée par la France en 2021, regroupe aujourd’hui 66 pays membres autour de l’initiative 30 x 30 dont l’objectif est la protection de 30 % des espaces terrestres et marins d’ici 2030. 

Le Plan d’action Méditerranée exemplaire en 2030

Lancé lors du One Planet Summit de janvier 2021, ce plan apporte une nouvelle impulsion à la protection des écosystèmes méditerranéens, autour de projets concrets pour le développement des aires protégées, la fin de la surpêche, la lutte contre la pollution marine et la réduction des impacts négatifs du transport maritime. Il est soutenu par huit pays des rives nord et dud de la Méditerranée.

Au Congrès mondial de la nature, de nombreux événements portent sur la protection des écosystèmes et des espèces.

Retrouvez l’ensemble du programme du Pavillon France, des Espaces Générations Nature, et le programme officiel du congrès

Suivez en direct les échanges du Pavillon France, sur la chaîne Youtube du ministère ou sur le site Biodiversité.gouv.fr.

La France agit déjà sur son territoire

L'exceptionnelle diversité des paysages et des espèces présentes en France lui donne une responsabilité majeure dans leur conservation à l'échelle internationale. En mars 2021, la France comptait 1642 espaces protégés par un au moins un dispositif (arrêté de protection, parc national, réserve naturelle, etc.). En tout, les surfaces protégées couvrent actuellement plus de 2 millions de km2 du territoire national maritime et terrestre.

Une Stratégie nationale pour les aires protégées

Adoptée le 12 janvier 2021, la Stratégie nationale des aires protégées (SNAP) a pour objectif de porter la part de surfaces protégées à 30 % du territoire d’ici 2022 : en mer comme sur terre, outre-mer comme en métropole, dont un tiers (10 %) sous protection forte. 

Préserver la biodiversité nécessite de conserver, de valoriser les sites exceptionnels. C'est le sens de cette Stratégie nationale des aires protégées : à chaque nouvelle réserve naturelle, c'est une partie de notre patrimoine que nous préservons.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique

De nouveaux espaces protégés

À l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN, la France annonce la création de 5 nouvelles aires protégées, dont 2 sous protection forte. Il s’agit des réserves intégrales de Roche Grande, dans le cœur du Parc national du Mercantour, de l’extension de la réserve naturelle nationale d’Iroise, de la création de deux parcs naturels régionaux, celui de Corbières-Fenouillèdes et celui du Doubs Horloger et de l’extension du site Natura 2000 des anciennes carrières de la vallée de la Mue en Normandie.

Préserver les zones humides

Très diversifiés, les milieux humides comptent parmi les écosystèmes les plus importants de la planète. Inscrit dans la loi climat et résilience, l’objectif de zéro artificialisation nette à l’horizon 2050 participe à la préservation des zones humides.  Pour prolonger et amplifier les actions du plan national en faveur des milieux humides 2014-2020, un 4e plan national est en cours de construction avec des ambitions renouvelées.

La baie d’Audierne labellisée 51e site Ramsar en France

La convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée convention de Ramsar, a 50 ans ! Ce traité intergouvernemental offre un cadre à la conservation et la mise en valeur des zones humides et de leurs ressources. À l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN, un 51e site français est labellisé zone humide d'importance internationale au titre de la convention de Ramsar, la baie d’Audierne. La France dispose aujourd’hui d’un réseau de 51 sites Ramsar, qui s’étendent sur une superficie de plus de 3,6 millions d’hectares, en métropole et outre-mer.

Des plans d’action pour les espèces menacées

La France agit également pour protéger les espèces menacées sur ton territoire. Ainsi, près de 70 plans ont déjà été conduits au bénéfice de plus de 200 espèces. Une soixantaine de plan nationaux d'action (PNA) sont aujourd’hui en vigueur, orientés vers les espèces endémiques les plus en danger suivant les critères de la liste rouge de l’UICN. Dans les prochains mois, des plans d'action sur le vautour moine et sur deux espèces de pétrels de La Réunion devraient être adoptés, ainsi qu’un second plan 2021-2025 en faveur du dugong à Mayotte. 

Pour protéger la biodiversité ultramarine

80 %

de la biodiversité française

est ultra-marine

10 %

des récifs coralliens de la planète

sont dans l'espace maritime français

Avec près de 60 000 km² de récifs et d’atolls répartis dans les 3 océans, la France est le 4e pays corallien au monde grâce aux territoires ultra-marins. Elle s’est fixé l’objectif de protéger la totalité des récifs coralliens des outre-mer français d’ici à 2025.

En savoir plus sur les récifs en outre-mer et les initiatives pour les protéger, sur le site biodiversité.gouv.fr.

Un compteur pour la biodiversité en outre-mer

À l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN,  les ministères des Outre-mer et de la Transition écologique, avec le Museum national d’histoire naturelle et l’Office français de la biodiversité ont lancé le compteur Biodiversité outre-mer, un portail collaboratif et partenarial. Rendez-vous sur le site biodiversite-outre-mer.fr.