Le

Natures humaines - la série : regardons vivre la laisse de mer !

Algues arrachées, capsules d’œuf de raie, pinces de crabe ou encore coquillages… La laisse de mer est l'accumulation de débris naturels laissés par la mer sur le littoral. Contrairement aux apparences, c’est un écosystème bien vivant ! Partons à la rencontre de David Hemery, chargé de mission à l’association Bretagne vivante, de Mathilde Thomas-Donval, responsable du service développement durable de la ville de Concarneau, et de Pauline Poisson, chargée d’études du programme de sciences participatives Plages vivantes, et levons les idées reçues sur cet écosystème.

Sale, la laisse de mer ?

Les différents débris naturels qui constituent la laisse de mer ne sont pas sales, mais au contraire très utiles à l’écosystème. Cependant, la laisse de mer est de plus en plus polluée par des déchets d’origine humaine. C’est par exemple le cas des « larmes de sirènes ». Derrière ce nom poétique se cache un véritable danger pour la faune : ces petites billes de micro-plastique ressemblent à s’y méprendre aux grains de sable. Les oiseaux qui cherchent leur nourriture dans la laisse de mer peuvent les ingérer et être contaminés. 

La solution pour dépolluer les plages tout en les laissant vivre : intervenir uniquement sur les objets d’origine humaine. C’est l’objectif du nettoyage raisonné des plages : privilégier le ramassage manuel et non mécanique, pour laisser les débris utiles à l’écosystème.

Natures humaines, c’est une série documentaire en 12 épisodes, une immersion sensorielle au cœur de 12 écosystèmes en compagnie d’acteurs impliqués dans leur gestion, leur préservation et leur valorisation. Revoir l’épisode précédent, sur le lac de montagne.

Ce reportage a été tourné au mois de janvier 2020.