Le

Natures humaines - la série : levons le voile sur la friche urbaine !

Une fois n’est pas coutume, le nouvel épisode de la série Natures humaines nous emmène… en ville ! La Petite Ceinture de Paris abrite un écosystème d’une grande richesse qui contribue à la résilience de nos villes, la friche urbaine. Partons à sa découverte avec Yann Fradin, directeur de projet à l’association d’insertion par l’écologie urbaine Espaces, Jean-François Julien, chargé de recherche sur les chiroptères au centre d’écologie et des sciences de la conservation, et Gwendoline Grandin, écologue à l’agence régionale de la biodiversité en Île-de-France.

Friche ou parc, quelles différences ? 

Tous deux sont des espaces naturels au cœur de nos villes ; pourtant les friches et les parcs sont très différents. La friche est une zone qui a été abandonnée, plus aucune activité ne s’y déroule. La nature y reprend donc librement ses droits. Espaces ensauvagés, parfois à tort associés aux décharges, les friches urbaines sont en réalité plus diversifiées que les parcs ! On y retrouve notamment de nombreuses plantes qui ont déserté nos champs et nos parcs. Elles constituent également un refuge pour de nombreuses espèces comme les insectes ou encore les chauves-souris. 

Journée mondiale de l'environnement 

Samedi 5 juin, c’est la Journée mondiale de l’environnement. Cette année, elle met en lumière l’importance de la restauration de tous les écosystèmes et invite à agir, y compris pour rendre nos villes plus vertes. 

C’est l’occasion de découvrir les bienfaits que nous prodiguent les espaces de nature en ville, dont les friches urbaines : ils rafraichissent l’air, limitent les risques de ruissellement et d’inondation, captent le carbone ou encore en produisent de l’oxygène !

Natures humaines, c’est une série documentaire en 12 épisodes, une immersion sensorielle au cœur de 12 écosystèmes en compagnie d’acteurs impliqués dans leur gestion, leur préservation et leur valorisation. Revoir l’épisode précédent, sur la laisse de mer.

Ce reportage a été tourné au mois d’octobre 2020, en respectant le protocole sanitaire alors en vigueur.