Le

Mieux connaître la nature pour mieux la protéger

Crédit : Damien Carles

L’éducation à la nature est indispensable pour comprendre pourquoi il est nécessaire d’en prendre soin. Nous partons de loin : la biodiversité est mentionnée dans moins de 20 % des programmes scolaires dans le monde ! Pourtant, des dispositifs émergent dans les écoles pour favoriser la connexion entre les enfants et la préservation du territoire dans lequel ils grandissent. En France, on peut citer les aires éducatives marines ou terrestres, ou encore les écodélégués dans les établissements scolaires. Enfin, au travers des Espaces Générations Nature qui accueillent pour la première fois le grand public, à l'initiative de la France, le Congrès mondial de la nature de l’UICN est une belle occasion de valoriser l’engagement de tous les acteurs en faveur de la nature et d’éveiller les consciences.

L’éducation à l’environnement : un enjeu mondial

L’éducation à l’environnement et au développement durable est essentielle pour diffuser des connaissances et encourager les élèves à devenir des acteurs responsables qui contribuent à créer un monde plus durable. Elle s’inscrit dans le 4e objectif de développement durable de l’ONU. Pourtant, les sujets liés à l’environnement, la durabilité, le changement climatique et la biodiversité sont peu traités, dans 45 % des documents éducatifs nationaux du monde ; seulement 19 % mentionnent la biodiversité.

En mai 2021, les représentants de plus de 130 pays ont réaffirmé l’importance de l’éducation à l’environnement et au développement durable, en ratifiant la déclaration de Berlin, à l’occasion de la conférence mondiale de l'Unesco sur l'éducation au développement durable. 

En France, des initiatives vers les jeunes pour faire connaître la nature

La sensibilisation des jeunes de tous les milieux à la protection de la nature et de la forêt sur le terrain, en ville ou en milieu rural, est un objectif fort pour l’ensemble du Gouvernement et se retrouve à travers les actions coordonnées de plusieurs ministères et nombre d’acteurs associatifs. La mobilisation de la société par la sensibilisation et la formation est également l’une des principales lignes directrices de la future stratégie nationale pour la biodiversité.

En milieu scolaire

L’éducation à l’environnement et au développement durable est un enjeu fort en milieu scolaire. Le label E3D (école, établissement en démarche globale de développement durable) permet de valoriser l'effort des établissements engagés dans des parcours pédagogiques riches et diversifiés en faveur de l'éducation à l’environnement et au développement durable. 

La loi climat et résilience, promulguée le 24 août 2021, réaffirme notamment l’importance fondamentale de l’éducation au développement durable du primaire jusqu’au lycée, et renforce le rôle et les missions des écodélégués. Ambassadeurs de l’environnement, ils sont élus dans chaque classe par les élèves et montent des projets pour sensibiliser leur classe au développement durable. 

Le service civique au service de la biodiversité

Avec la loi climat et résilience, dès la primaire il y aura des cours pour accompagner l’apprentissage à la transition environnementale et les actions possibles. Les missions en service civique biodiversité ont été multipliées par 5, c’est-à-dire toutes les missions de service civique qui accompagnent la sensibilisation et la protection de la biodiversité.

Sarah El Haïry, Secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement

Le service civique permet aux jeunes de 16 à 25 ans de s’engager dans une mission d’intérêt général. Un soutien financier apporté aux gestionnaires d’aires protégées permettra le recrutement de nombreux encadrants de services civique. L’objectif est de parvenir, d’ici 2022, à engager 500 à 700 jeunes supplémentaires dans un service civique consacré à la biodiversité.

Des aires éducatives marines et terrestres

En 2012, sensibilisés sur leur environnement marin par des scientifiques, des élèves de l’école primaire de Vaitahu sur l’île marquisienne de Tahuata, en Polynésie française, décident de prendre en main la gestion de l’aire marine en face de leur école : ainsi naissent les aires marines éducatives protégées. Ce réseau, auquel s’est adjoint celui des aires marines terrestres, compte déjà près de 300 sites avec une dynamique de 450 projets en cours. L’objectif d’atteindre, en métropole et outre-mer, les 500 aires éducatives en 2022 est d’ores et déjà acquis ! Ce dispositif permet de former les plus jeunes à l’écocitoyenneté et au développement durable, de reconnecter les élèves à la nature et à leur territoire et de favoriser le dialogue entre les élèves et les acteurs de la nature. Au printemps 2021, ce sont 740 classes mobilisées, soit plus de 18 500 élèves impliqués.

Une convention pour sensibiliser tous les enfants de France

Lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN, un accord-cadre a été signé entre le ministère de la Transition écologique, le ministère de l’Éducation nationale et l’association Réserves naturelles de France (RNF). Emmener les enfants et les jeunes dans la nature pour découvrir, expérimenter et vivre une expérience d’immersion est le rôle des professionnels de l’animation du réseau des réserves naturelles, qui regroupe 353 réserves de métropole et d’outre-mer, soit 72 195 607 hectares. L’éducation à la nature et les partenariats avec les enseignants et inspecteurs d’académie sont une mission incontournable pour faire découvrir ce patrimoine naturel exceptionnel des réserves. Cette signature fait suite à l’obtention d’un budget de 3 millions d’euros en 2021 pour l’éducation à la nature dans les réserves naturelles nationales, financé par le ministère de la Transition écologique.

Les EGN, une initiative française pour faire découvrir et comprendre la nature

Jeunes et moins jeunes, familles, public scolaire : pour la première fois, à l’initiative de la France, le grand public était accueilli au Congrès mondial de la nature de l’UICN, grâce aux Espaces Générations Nature (EGN), un village de la biodiversité imaginé par et pour la société civile. 

Près de 400 événements, sous forme d’expositions, de conférences, de jeux, de projections de films ou de représentations de spectacle vivant mettent en lumière la mobilisation et les actions des citoyens, des territoires et des entreprises mobilisés dans la préservation de la biodiversité et des écosystèmes.