Le

L’approche intégrée « One Health » : protéger le vivant pour prévenir les pandémies

Crédit : Amélie Laurin

L’environnement et la biodiversité sont des déterminants majeurs de notre santé. La pandémie de Covid-19 nous a ainsi rappelé avec force les liens étroits qui existent entre la santé humaine, la santé animale et la santé de l’environnement. Ce signal d’alarme nous pousse à repenser notre relation avec le vivant. L’approche intégrée une seule santé, « One Health », permet de prendre en compte ces liens. Au Congrès mondial de la nature de l’UICN, la France porte notamment une motion urgente mettant l’accent sur les liens entre pandémies et dégradation des écosystèmes, dans la perspective de la COP 15 de la convention sur la diversité biologique.

Les atteintes aux écosystèmes et à la biodiversité participent à l’augmentation des maladies infectieuses

75 %

des maladies infectieuses humaines émergentes

sont issues de réservoirs animaux

6

épidémies d’origine animale

depuis le début du XXIe siècle

Ces dernières décennies, une nette augmentation du nombre d’épidémies d’origine animale est observée, pour partie du fait d’une multiplication des contacts entre humains et faune sauvage. Ainsi, depuis le début du XXIe siècle, six se sont déjà produites : SRAS, grippe A H1N1, MERS-CoV, Zika, Ebola et Covid-19. La science souligne de plus en plus l’implication des changements environnementaux globaux, causés par les activités humaines, dans l’accélération de ce phénomène.  

75 % des maladies infectieuses humaines émergentes sont issues de réservoirs animaux, et favorisées par les pressions exercées sur la biodiversité. La destruction des écosystèmes multiplie les contacts entre espèces domestiques et sauvages, et avec les êtres humains, augmentant ainsi le risque de transmission et l’émergence de nouvelles maladies. Les pressions exercées sur la biodiversité comme la déforestation, le développement urbain, l’agriculture intensive ou encore le trafic d’espèces sauvages sont en cause. 

Pour en savoir plus, découvrez la nouvelle publication du commissariat général au développement durable (CGDD) : Atteintes aux écosystèmes et à la biodiversité : quels liens avec l'émergence de maladies infectieuses zoonotiques ?

« One Health » : une approche intégrée pour prendre en compte le lien entre santé et environnement

« Une seule santé » (« One Health ») : cette approche multidisciplinaire intègre les liens étroits entre santé humaine, animale et environnementale. Elle reflète la nécessité de travailler de manière décloisonnée entre les multiples secteurs du développement humain et les différentes politiques (biodiversité, santé, agriculture, climat, etc.), pour limiter les impacts collatéraux qu’ils pourraient avoir les uns sur les autres.

Au Congrès mondial de la nature de l’UICN, la France porte cette approche à travers une motion sur la santé humaine, animale et des écosystèmes, et la prévention des pandémies, dans la perspective de la COP 15 à venir en 2022. L’objectif est d’inviter les membres de l'UICN :

  • à promouvoir une approche ambitieuse « Une seule santé » lors des futurs événements internationaux
  • à mettre en œuvre les futures recommandations du Groupe d’experts de haut niveau pour l’approche Une seule santé
  • à mieux contrôler et tracer le commerce des espèces sauvages et lutter contre le trafic. 

 « One Health » : un sujet majeur au Congrès mondial de la nature de l’UICN

  • Dimanche 5 septembre, sur le Pavillon France : Santé de la biosphère, des animaux et des Hommes : l’approche One Health pour prévenir les pandémies. 
  • Lundi 6 septembre, Sommet de haut niveau UICN : One Earth - One Health: How can we mitigate future pandemics ?
  • Lundi 6 septembre, réunion en marge du congrès, organisée par la France, le Mexique et la Belgique sur l’initiative de recherche et de surveillance PREZODE (voir encadré ci-dessous)

Retrouvez l’ensemble du programme du Pavillon France, des Espaces Générations Nature, et le programme officiel du congrès

Suivez en direct les échanges du Pavillon France, sur la chaîne Youtube du ministère, ou sur le site Biodiversité.gouv.fr.

Le lien santé-environnement au cœur de nombreuses politiques publiques françaises

Lancé en mai 2021 par les ministres de la Transition écologique, et des Solidarités et de la Santé, le quatrième plan national santé environnement (PNSE 4), « Un environnement, une santé », a l’ambition de mieux comprendre les risques auxquels chacun s’expose afin de mieux se protéger et protéger son environnement. Pour répondre aux attentes citoyennes croissantes sur la santé environnement, et aux enjeux forts liés à la crise sanitaire de la Covid-19, le PNSE 4 se fonde déjà sur l’approche intégrée de la santé humaine, animale et environnementale « Une seule santé ».

Mais ces enjeux sont plus largement intégrés dans de nombreuses politiques publiques françaises, dont la 2e Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens ou encore la future stratégie nationale pour la biodiversité, élaborée tout au long de l’année 2021. 

Le saviez-vous ?

La pandémie de la Covid-19 a montré l’urgence de travailler à mieux prévenir et répondre aux crises sanitaires, en prenant davantage en compte les interactions entre santé humaine, santé animale et santé environnementale. Lors du One Planet Summit, de janvier 2021, la France a lancé l’initiative internationale PREZODE (« Prévenir les risques d’émergences zoonotiques et de pandémies »), afin de mieux évaluer, détecter, surveiller les maladies infectieuses (ré)émergentes et de répondre aux menaces. Basée sur une approche « One Health », PREZODE réunit aujourd’hui plus de 1000 chercheurs issus de près de 50 pays et allie recherche, actions opérationnelles et approches participatives innovantes associant les communautés.