Le

COP26 : les avancées pour la biodiversité

Crédit : Damien Carles / Terra

La 26e Conférence des Parties, ou COP26, qui s’est tenue à Glasgow (Royaume-Uni), a réuni près de 200 dirigeants mondiaux, ainsi que des dizaines de milliers de représentants de gouvernements, de villes, de régions et d’acteurs non étatiques (entreprises, investisseurs, ONG…), du 31 octobre au 13 novembre 2021. Elle a permis d’aboutir à l’adoption du Pacte de Glasgow pour le climat permettant notamment de finaliser les règles d’application de l’Accord de Paris. Parmi les avancées permises, plusieurs sont en faveur de la biodiversité. Trois nouveaux pays ont notamment rejoint la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples qui a pour but de protéger 30 % des terres et des mers.

Des avancées en faveur de la biodiversité

La contribution des écosystèmes en tant que puits et réservoirs de gaz à effet de serre et l’importance de les protéger pour atteindre l’objectif d’une augmentation maximale des températures de 1,5°C sont ancrées dans les décisions. La France regrette néanmoins que les solutions fondées sur la nature (SFN), qui permettent d’agir sur la lutte contre le changement climatique ou la gestion des risques naturels grâce aux écosystèmes, n’apparaissent pas dans le texte.

Arrêt de la déforestation et de la dégradation des terres d’ici 2030

Une centaine de chefs d’État et de gouvernement ont adopté une déclaration sur les forêts et l’utilisation des terres. Les pays signataires, dont la France, s’engagent ainsi à stopper et inverser la déforestation et la dégradation des terres d’ici 2030. Un engagement financier collectif sur 2021-2025 de 12 milliards de dollars, le « Global Forest Finance Pledge », a été adopté (1 Md$ pour l’UE, 800 M$ pour la France).

Parallèlement, 12 pays, dont la France, ont présenté un engagement pour la protection du bassin du Congo (2e forêt tropicale du monde) et ont annoncé un financement à hauteur de 1,5 milliard de dollars pour les 5 prochaines années.

Grande Muraille verte

Les chefs d’État et de gouvernement de la Grande Muraille verte réaffirment leur soutien à l’initiative lancée lors du One Planet Summit de janvier 2021. Près de la moitié des 19 milliards de dollars promis pour la construction de la Grande Muraille verte ont déjà été engagés. De son côté, Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, annonce un investissement supplémentaire d’un milliard de dollars.

Une journée Nature à la COP26

Bérangère Abba, secrétaire d’État à la Biodiversité, a participé à la journée Nature qui s’est tenue le 6 novembre à, au cours de laquelle 3 nouveaux pays ont annoncé leur adhésion à la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples (HAC) pour protéger 30 % des terres et des mers : la Mauritanie, Madagascar et le Népal, portant à 77 le nombre de pays engagés à ce jour.

Lancée lors du One Planet Summit dédié à la biodiversité en janvier 2021, la HAC est un groupe de pays qui s’engagent à protéger au moins 30 % des terres et des mers d’ici 2030 et promeuvent cet objectif au plan international.

Cette dynamique s’inscrit dans les suites du manifeste de Marseille, adopté lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN en septembre dernier, qui a notamment mis en lumière les liens indissociables qui existent entre la biodiversité et le climat. La Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples constitue maintenant un groupe de pression important, qui pèsera dans les négociations à venir en vue de l’adoption d’un nouveau cadre mondial de protection de la biodiversité lors de la COP15 de la Convention sur la diversité biologique, qui se tiendra du 25 avril au 8 mai 2022 à Kunming (Chine).