Le

Au Congrès mondial de la nature, le financement de la biodiversité au cœur des débats

Crédit : Arnaud Bouissou / Terra

La relance verte est au cœur des débats du Congrès mondial de la nature de l’UICN : les négociations autour de la mobilisation des ressources, essentielles lors de la COP 15, vont s’inscrire dans le contexte de la relance verte, pour s’assurer que les sociétés se reconstruisent mieux avec les investissements post Covid-19. En France, plus de 2 milliards d’euros sont consacrés chaque année à la protection de la biodiversité et des paysages. Le plan France Relance, lancé en septembre 2020, vise à faire de l’écologie le principal levier de la reprise post Covid-19, et intègre des financements dédiés à la biodiversité. Lors du One Planet Summit de janvier 2021, la France s’est en outre engagée à ce que 30 % de sa finance climat soit directement favorable à la biodiversité d’ici 2030.

De nouvelles initiatives mondiales pour orienter les flux financiers en faveur de la biodiversité

La relance verte post Covid-19 est un sujet majeur pour l’UICN, et fera partie des grands axes de travail pour les années à venir. Un dialogue de haut niveau y est consacré lors du congrès, pour évoquer l’orientation des flux financiers en faveur de la biodiversité, essentiels pour la mise en œuvre du cadre post-2020 qui sera définitivement dessiné au cours de la COP 15 à venir en Chine en 2022.

Il n’y a pas de stabilité économique et financière sans le respect de la nature et sans la contribution de la nature, car nos économies sont dépendantes de la nature et de la résilience que nous apporte la biodiversité. Nous devons faire en sorte que les décisions économiques internalisent les dommages que nos sociétés font subir à la biodiversité.

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne

Des initiatives internationales visent à mieux prendre en compte la biodiversité et la nature dans les décisions économiques et financières. C’est le cas de la Taskforce on Nature-related Financial Disclosures (TNFD), une nouvelle initiative mondiale lancée en juin 2021, soutenue par la France, qui vise à apporter l’impulsion nécessaire au niveau mondial pour créer les conditions d’une redirection des investissements financiers en faveur de la biodiversité. Son objectif est d’examiner les outils existants et de formuler des recommandations pour mieux intégrer et cibler les enjeux environnementaux dans la gestion des risques et les processus de décision des entreprises et des acteurs financiers. 

Une autre initiative internationale vise à identifier et réformer les apports financiers néfastes à la biodiversité : c’est l’initiative du Paris collaborative on green budgeting, lancée par la France, le Mexique et l’OCDE lors du One Planet Summit en décembre 2017. En permettant d’intégrer directement et systématiquement l’impact sur l’environnement dans les décisions de recettes et de dépenses publiques, la budgétisation verte constitue un outil de transformation majeur face aux enjeux climatiques. Sept pays ont rejoint l’initiative : la France, le Mexique, les Pays-Bas, la Norvège, l’Irlande, la Suisse et la Grèce. 

Le saviez-vous ?

La France est l’un des premiers pays européens à prendre l’engagement d’élaborer un budget vert, et le premier pays au monde à mesurer l’impact environnemental de l’ensemble de son budget, en recensant à la fois les impacts positifs et négatifs des dépenses. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des objectifs environnementaux de la France, qui s’est engagée à atteindre la neutralité carbone en 2050. 

La relance verte et la finance de la biodiversité, en débat au congrès

  • Samedi 4 septembre, sommet de haut niveau : Unlocking a Nature-based Recovery: how to rebuild after the pandemic
  • Samedi 4 septembre, sur le Pavillon France :  Financement de la biodiversité : au-delà des engagements, quelles actions concrètes? 

Retrouvez l’ensemble du programme du Pavillon France, des Espaces Générations Nature, et le programme officiel du congrès

Suivez en direct les échanges du Pavillon France, sur la chaîne Youtube du ministère, ou sur le site Biodiversité.gouv.fr.

Quels financements pour protéger la biodiversité en France ? 

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) publie aujourd’hui des données éclairant les financements de la biodiversité en France. En 2018, le pays a consacré 2,4 milliards d’euros à la protection de la biodiversité et des paysages sur son territoire. Elle se répartit entre :

  • le développement des aires protégées, qui couvrent actuellement plus de 2 millions de km2 du territoire national maritime et terrestre, et devraient représenter 30 % du territoire d’ici 2022 ;
  • la réduction des pressions sur les milieux naturels causées par les activités humaines ;
  • la protection du patrimoine naturel et des milieux aquatiques, avec notamment la mise en œuvre de plans de restauration et de réintroduction d’espèces menacées (comme les grands prédateurs) et la lutte contre les espèces exotiques envahissantes.

Depuis le G7 environnement en mai 2019, la France met en avant le sujet de la finance biodiversité et le rôle essentiel des entreprises et organisations financières dans sa préservation et son utilisation durable. Lors du One Planet Summit de janvier 2021, le pays s’est en outre engagé à ce que 30 % de sa finance climat soit directement bénéfique à la biodiversité d’ici à 2030.

Le saviez-vous ?

L’essentiel du financement européen est orienté vers la mise en œuvre des mesures agro-environnementales via le Fonds européen agricole pour le développement rural. Dans une moindre mesure, d’autres programmes territoriaux sont également soutenus par l’Union européenne, notamment le programme européen de financement LIFE-Nature qui a pour ambition d’accompagner la mise en place des directives « habitats » et « oiseaux ».

Avec le plan France Relance, des financements engagés pour la biodiversité

En septembre 2020, en réponse à la crise liée au Covid-19, le Gouvernement lançait France Relance, un plan de relance économique exceptionnel de 100 milliards d’euros, dont 30 milliards d’euros entièrement consacrés à la transition écologique. Son objectif : faire de l’écologie le principal levier de la reprise et de la transformation de notre économie. Dans le cadre de ce plan, des financements sont engagés en faveur de la biodiversité sur les territoires, et du renforcement de la résilience des écosystèmes :

  • pour les aires protégées et la restauration écologique des écosystèmes
  • pour la réutilisation des friches pour lutter contre l’artificialisation des sols 
  • pour la restauration et continuité écologique du Rhin.

Lumière sur 2 projets pour la biodiversité soutenus dans le cadre de France Relance

  • En juillet 2021, 38 nouveaux projets situés en Hexagone et en Outre-mer ont été sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets Mob’Biodiv Restauration 2021, financé par France Relance, pour soutenir des actions concrètes en faveur de la restauration d’écosystèmes terrestres, de leurs fonctionnalités et du maintien en bon état de conservation de la faune.
  • Le plan France Relance accélère le déploiement sur tous les territoires des Atlas de la Biodiversité Communale (ABC), qui permettent aux communes de connaître, préserver et valoriser leur patrimoine naturel. 98 nouveaux projets d’ABC impliquant 769 communes voient ainsi le jour en 2021.